Fabula, 3/02/2010

Le passage en force du gouvernement français sur la mastérisation a entraîné une multiplication de motions prises par les conseils centraux des Universités (lire tous les communiqués).

Après la mobilisation inédite de 2009, un nouveau front du refus se dessine ainsi en France, tandis que les autres pays européens sont successivement gagnés par des mobilisations universitaires contre le processus de Bologne. Au-delà de l'Europe, de nombreuses universités protestent contre la privatisation et la marchandisation du savoir (voir aussi le blog Universities in Crisis).

     À noter, dans l'agenda militant, le débat européen L'Université brûle-t-elle ? qui se tiendra en Sorbonne le 11 février, mais aussi un appel pour une participation au contre sommet du 11 mars 2010 à Vienne et encore: un nouvel appel pour une mobilisation européenne contre la stratégie de Lisbonne. La résistance aux logiques de dérégulation, de mise en concurrence et de rentabilité financière viendra-t-elle au printemps 2010 du monde étudiant et universitaire?