Petite piqure de rappel concernant le calendrier 2010-2011 du Concours de Recrutement des Professeurs des Ecoles :

- Avril 2010 : écrits de la session 2010 (épreuves admissibilité du CRPE ancienne version)
- Juin 2010 : oraux de la session 2010 (épreuves d'admission du CRPE ancienne version)
- Septembre 2010 : écrits de la session 2011 (CRPE nouvelle version)
- De septembre 2010 à juin 2011 : année de M2 non rémunérée (partiels à valider, mémoire à rendre, concours à passer, stages en responsabilité)
- Juin 2011 : oraux de la session 2011 (CRPE nouvelle version)

Tableau synthétique des nouvelles épreuves du crpe :

_preuve_crpe


Les conséquences de ce calendrier ubuesque

  • Sur la préparation aux concours

- Dans quels conditions les candidats au concours 2011 vont-ils préparer les écrits?
Sans anales, pendant l'été, sans cours, sans formateurs...
Pour pallier ce manque, les IUFM commencent à organiser
des préparations cet été : voir le message envoyé par l'IUFM Nord-Pas-de-Calais à ses formateurs.

Les étudiants recalés en juin 2010 devront donc se remettre au travail en juillet-aout (et ceux qui travaillent l'été pour se payer leurs études??) pour préparer de nouvelles épreuves à passer en septembre? Mais pour qui nous prennent-ils?

- Et les oraux?
Les masters ne sont toujours pas prêts à quelques mois de la rentrée. Quelle va être la préparation des étudiants aux oraux? Etudiants qui devront, rappelons-le, valider également leurs partiels, rédiger un mémoire, et effectuer des stages en responsabilité dans des conditions déplorables (comme ce fut le cas cette année pour les PE1).


- Le développement des prépas privées, payantes
qui ont déjà prévu un afflux d'étudiants pour la nouvelle session crpe.

  • Sur le recrutement des professeurs des écoles

Hormis un mépris profond pour les étudiants qui passent le concours dans ces conditions ubuesques, posons-nous la question de ce que cela signifie : quels vont être les réels critères de sélection de ce concours, à court, moyen et long terme?
La capacité à travailler un concours pendant l'été sans aucune aide ni indications? La capacité à mener de front une année impossible? La capacité à pouvoir se payer une année supplémentaire non rémunérée et une préparation privée au concours?

Les étudiants qui réussiront auront-ils en septembre 2011 (et les années suivantes bien sur!) une vision de leur métier qui leur permettra de mener à bien la difficile mission qui leur est confiée?

Auront-ils réellement les moyens de "de transmettre aux élèves les connaissances et les compétences qui feront d’eux des être libres, éclairés, autonomes et responsables" ? (lettre de X. Darcos sur les nouveaux programmes pour l'école primaire, 2008).

Rappelons enfin que les lauréats du concours en juin 2010 seront dans les classes dès septembre 2010, avec un tuteur expérimenté "dans la mesure du possible"
puis seuls à partir de la Toussaint. Avec pour seul bagage les stages PE1 organisés dans les conditions que nous avons dénoncées...

Dernière question, qui n'est pas la moindre :
pourquoi acceptons-nous ces mesures?
Exigeons les moyens qui nous permettront de remplir notre mission à bien!


Les parents et les médias s'intéressent  de plus en plus à la masterisation depuis quelques mois.
Nous nous sommes battus l'année dernière.

Qu'attendons-nous pour nous battre maintenant?

Dans six mois il sera trop tard.