Les parents et enseignants du collectif « Marche pour l’école » vous invitent à une réunion d’information et de débat sur un sujet vital pour l’avenir de nos enfants : La réforme de la formation des enseignants et son impact

Mardi 11 mai à 19h00
à la Bourse du Travail 3 rue du Château d’Eau
métro République

VENEZ  NOMBREUX vous informer et débattre sur l’avenir de l’école de nos enfants tel que le dessine cette réforme

Le bricolage pour l’accueil des professeurs stagiaires Contestée par les parents d’élèves et les enseignants, la réforme gouvernementale de la formation des enseignants va fortement dégrader leur formation professionnelle. Dès la rentrée prochaine, la suppression des IUFM (instituts de formation des enseignants) prévue par la réforme va désorganiser les écoles, diminuer la qualité de l’enseignement : des enseignants stagiaires, sans formation, seront affectés dans des classes de tous les arrondissements parisiens.

Quelques 4000 élèves parisiens se trouveront dans des classes dirigées par quatre enseignants, au minimum :
- De septembre à novembre : le professeur des écoles stagiaire (PES) sera affecté  dans une classe, mais n’y exercera pas à temps plein. En effet ce PES sera occasionnellement en observation dans la classe de son tuteur (qui sera lui-même amené à se rendre dans la classe du PES). Lorsque tuteur et PES ne seront pas dans leurs classes, ils seront remplacés par un enseignant T1 (enseignant débutant en 1ère année).
- De novembre à mai : Le PES fera cours 3 jours par semaine et le 4ème il sera remplacé par un autre professeur.
- De mai à juillet : le PES prendra en charge la classe toute la semaine.
- Pendant les stages de formation et les congés maladies : un nouveau remplaçant

En résumé : un professeur d’école stagiaire sans formation professionnelle mis devant classe et au moins trois enseignants différents pour cette classe (PES, T1, et brigades de remplacement remplaçant un jour par semaine) .

Nous n’acceptons pas cette situation : Enseigner , ça s’apprend ! Ensemble , nous pouvons imposer d’autres choix !

Cette casse de la formation professionnelle des enseignants est faite pour :
- économiser d’un coup 14 000 emplois de stagiaires (pour atteindre l’objectif de non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux)
- justifier le fait que de nombreux étudiants ayant préparés les concours mais n’ayant pas été reçus faute de postes, deviennent vacataires puisqu’ils auront le niveau requis pour enseigner

Collectif « Marche pour l’école » www.marchepourlecole.org Avec le soutien des parents, adhérents FCPE et non affiliés, et des enseignants des arrondissements du 10è,18è, 19è,20è , SNUIPP, CGT Educ’action