La plupart d'entre nous se pose beaucoup de questions sur le PRES nouvelle manière et l'Université globale qui nous ont été présentés le 2 novembre par le président de notre université.

Qu'est-ce que c'est ? A quoi ça sert ?

Quels impacts ces modifications auront-elles sur nous?

Le fait qu'il soit imposé, dans la précipitation, pour obtenir un Idex (Initiative d'excellence), qui est un projet durant 10 ans et rapportant bien peu, doit nous alerter. Les universités sont censées être autonomes et elles sont de plus en plus soumises à des logiques qui les affaiblissent.

L'Université globale que l'on essaye de nous vendre avec beaucoup de subtilité (et sans nous donner toutes les informations nécessaires) constitue un danger réel pour notre Université et pour nos emplois !

Nos instances ne seront plus maîtresses de leur destin et nous dépendrons de la volonté du CA du PRES, de manière exclusive pour ce qui concerne l'Idex, financé en très large partie par le budget des 3 universités fondatrices, et à terme de manière croissante pour des domaines multiples (notamment, les directions de la recherche et de la valorisation, de la formation et de l'insertion professionnelle, de la vie étudiante, des relations internationales, de la communication) de l'activité universitaire. Quoi que l'on veuille nous faire croire.

 

-Pour les personnels BIATSS, les fusions et mutualisations des services vont avoir des conséquences importantes sur les emplois (suppressions de postes), sur l'organisation des services et du travail, et bien évidemment sur les statuts ;

- Pour les enseignants, enseignants-chercheurs et chercheurs, la création de « directions transversales » du PRES va faire éclater ou diluer nos enseignements, nos formations et nos axes de recherche qui seront définis à terme par le PRES. Nous perdrons notre indépendance et ne pèserons rien face à une énorme université scientifique comme l'UPMC. Il est nécessaire en outre de se demander ce que seront les conditions de travail des collègues qui ne seront pas dans le périmètre d'excellence de l'IDEX piloté par le PRES.

- Pour les étudiants, la création d'un PRES devenu en réalité Etablissement Public entraîne une totale autonomie dans les décisions : le PRES Sorbonne peut à sa guise augmenter les frais d'inscription ou supprimer des filières non « rentables », comme les Sciences Humaines, au profit de Licences Masters et Doctorats d' « Excellence ». Un enseignement à deux vitesses, des formations au rabais noyées dans le déficit budgétaire d'une Université globale où la représentation étudiante est nulle?

Les PRES en général sont un outil d'intégration du public et du privé, ils vont diluer le service public et les universités publiques en particulier à travers des coopérations d'enseignement (doubles diplômes ou diplômes cohabilités) avec l'enseignement supérieur privé. C'est notamment la fin du monopole public de la collation des grades. Ils constituent une ouverture à l'enseignement supérieur privé, et notamment aux grandes écoles, à la recherche (et donc à son financement). Ils mettent aussi à disposition du privé la dénomination « université » pour le marketing international et en privilégient le développement de politiques de marques. Les universités passeront ainsi du statut de service public à celui de label...

Si vous pensez que l'opinion de chacun importe et que nous devons décider ensemble de l'avenir de notre université.

Si vous désirez qu'un véritable débat avec toutes les données en main ait lieu.

Si vous pensez que cette question doit être au coeur des élections universitaires à venir.

VENEZ NOMBREUX A LA REUNION D'INFORMATION-DÉBAT INTERSYNDICALE LE 15 NOVEMBRE, A PARTIR DE 18H, EN AMPHI 035 À  LA MAISON DE LA RECHERCHE (28, RUE SERPENTE)