Convaincus que la formation des enseignants mérite la grande réforme annoncée inscrite dans un large projet de refondation de l’école et soucieux d’y apporter leur contribution, les formateurs du site IUFM d’Epinal expriment leur profond désaccord sur les conditions d’élaboration et de mise en œuvre de l’ESPE et des masters MEEF (Mention Enseignement, Éducation et Formation) dans un calendrier impossible à tenir.

Alors que la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République devrait être présentée en seconde lecture à l’Assemblée au plus tôt à la mi-juin, la réforme de la formation des enseignants continue de se mettre en place à marche forcée, sans cadre législatif adopté et dans la plus grande opacité, ce qui conduit à des projets incohérents. La date de remontée des maquettes et des versions « quasi définitives » des projets d’accréditation des ESPE est fixée au 25 mai prochain alors même que le principe de l’accréditation emportant habilitation des diplômes n’a pas encore été adopté par le Parlement.

A ce jour, aucun texte ne définit les masters MEEF et le statut juridique des ESPE n’est pas légalement défini. Enfin, les conseils n’ont ni débattu, ni délibéré sur la configuration retenue pour la mise en place de l’ESPE dans l’académie de Nancy-Metz et sur les conséquences de cette configuration sur l'Université (son organisation, le devenir de ses personnels, ses ressources, son offre de formation, sa contribution financière).

Les formateurs du site IUFM d’Epinal dénoncent la précipitation dans laquelle ce projet est mené.

Cette précipitation, nuisible à la qualité du projet et au fonctionnement démocratique des instances, génère de vives inquiétudes tant pour les personnels que pour les étudiants concernés par ces futures formations. Les maquettes soumises sont tout au plus des ébauches calquées sur des maquettes antérieures accusant un déficit chronique d'heures d'enseignement, et ne répondant pas aux exigences ministérielles. En outre, nombre de disciplines enseignées sont désormais reléguées au titre d'options, remettant en cause le caractère polyvalent et pluridisciplinaire de cette formation.

Toutes ces dispositions sont de nature à aggraver une situation déjà critique et considérablement fragilisée par la réforme précédente.

Les formateurs du site IUFM d’Epinal considèrent irrecevable le projet soumis à leur approbation et inacceptable la façon dont il a été élaboré, et se prononcent donc en faveur d’un moratoire pour permettre une nécessaire et indispensable remise à plat de la formation des enseignants et l'ouverture d'une véritable concertation avec l’ensemble des acteurs impliqués.