L’intersyndicale avait invité M. F. Dardel, Président de l’Université ParisV- René Descartes et porteur du projet ESPE, à venir s’exprimer sur un certain nombre de thèmes concernant la mise en place des maquettes au sein de l’ESPE.

M. F. Dardel a répondu rapidement et favorablement à notre demande. Il a souhaité que M. A. Frugière, Directeur de l’IUFM de Paris assiste aux échanges ; ce que l’intersyndicale a accepté.

La réunion a eu lieu a l’IUFM  le mercredi 12 juin de 19h à 21h et s’est déroulée dans une ambiance cordiale et conviviale.

Nous avons abordé avec M. Dardel les points suivants :

  • La mise en place de parcours parallèles aux parcours MEEF second degré étiquetés parcours « préparation agrégation » ou « recherche ».

Plusieurs universités (dont Paris IV) ont déjà annoncé  qu’elles mettraient en place ce type de parcours dès la rentrée prochaine. Il y a là une véritable inégalité pour les étudiants. En effet, les universités pourront choisir leurs étudiants ainsi que les conditions de préparation aux concours. De plus, les étudiants reçus aux concours issus de ces formations pourront rejoindre le master 2 MEEF

Réponse :

M. Dardel s’engage à ce qu’il n’y ait pas de parcours parallèle dans son université. Pour les autres universités il s’engage à intervenir auprès de ses collègues présidents d’université afin que ceux-ci interdisent la mise en place de ces parcours. Mais il reconnaît que l’autonomie des universités ne lui permet pas d’imposer quoi que ce soit. En dernier ressort les universités feront ce qu’elles voudront.

  • Les « reçus-collés ».

A l’heure actuelle rien ne semble avoir été prévu dans aucune académie pour les étudiants qui vont obtenir leur M1 mais ne seront pas admis aux concours de recrutement.

Réponse :

M. Dardel reconnait qu’au moment où il parle, aucune solution sérieuse n’a été envisagée, pas plus à Paris qu'en en France. Il lui semble qu’il serait pourtant normal qu’un étudiant puisse bénéficier de deux tentatives pour pouvoir passer le concours auquel il aspire. La seule solution dans l’immédiat consisterait pour un étudiant « reçu-collé » qui désirerait de nouveau se préparer au concours de s’inscrire dans un autre parcours du Master MEEF (ex parcours PIF).

  • Culture commune.

A la lecture des maquettes il est possible de se rendre compte que les étudiants ne disposeront pas des mêmes volumes horaires consacrés à la culture commune. La culture commune risque donc fort de ne plus être commune.

Réponse :

M. Dardel fait le même constat. Il déplore cet état de fait mais pense que le problème devrait être réglé en cours d’année et que l’année prochaine tout devrait rentrer dans l’ordre sur ce point. Il est important que le futur conseil de l’ESPE se saisisse de cette question afin de faire évoluer au plus vite la situation.

  • Les « camemberts » et la répartition des cours en CM et TD.

M. Dardel a saisi toutes les données issues des maquettes et a, au moyen d’un logiciel, fait ressortir des graphiques (sous formes de camemberts) faisant très clairement apparaître le pourcentage de cours assurés sous forme de cours magistraux et le pourcentage de cours assurés sous forme de travaux dirigés. Ces représentations graphiques font apparaître de très importantes disparités entre les maquettes. Ainsi en M1 pour une discipline tous les cours sont des CM ; pour une autre l’ensemble des cours est en TD.

Réponse :

M. Dardel  fait le même constat. Il trouve la chose choquante. Mais en même temps il explique que du fait du statut d’autonomie dont dispose chaque université, les universités peuvent choisir comme bon leur semble ce qu’il revient de considérer comme un CM et ce qu’il est nécessaire de considérer comme un TD. Là encore, M. Dardel évoque le rôle prépondérant qu’aura à jouer le Conseil de l’ESPE dans l’harmonisation des maquettes. 

  • L’équipe de direction de l’IUFM.

L’intersyndicale demande le maintien de l’équipe de direction de l’IUFM dans le cadre de la mise en place de l’ESPE. Ceci afin de permettre une transition facilitée au vu des innombrables problèmes qui vont se poser à la rentrée et tout au long de l’année prochaine.

Réponse :

M. Dardel répond que cette question n’est pas de son ressort. Il informe l’intersyndicale que M. Jobert , Président de Paris IV a annoncé à ses collègues qu’il proposerait aux ministères de tutelle M. Alain Frugière comme administrateur provisoire.

  • Le passage des personnels de l’IUFM à l’ESPE.

La transition sur ce point n’est pas claire. M. Manneux fait remarquer qu’à Grenoble les personnels ont été interrogés pour savoir s’ils choisissaient d’entrer à l’ESPE ou de rester à l’université.

Réponse :

M. Dardel ne connaissait pas le cas de Grenoble. Il pense que la question à Paris ne se pose pas et que l’ensemble des personnels de l’IUFM sera intégré à l’ESPE. 

Conclusion : que faut-il retenir de cette entrevue ?

L’intersyndicale est sortie de cette réunion avec un double sentiment :

  • La situation actuelle aurait largement pu être évitée si un certain nombre de règles de fonctionnement avaient été édictées au départ.
  • M. Dardel apparaît comme un interlocuteur chaleureux et à l’écoute. Cependant il ne lui a pas été donné les moyens de pouvoir peser sur un certain nombre de décisions tout à fait capitales pour l’avenir de l’ESPE. Il prône sans cesse l’optimisme et renvoie au Conseil de l’ESPE la mission d’harmonisation dont l’intersyndicale pense qu’elle aurait du être assumée par ses soins. C’est en définitive, un interlocuteur lucide et franc mais impuissant à résoudre les problèmes que nous rencontrons.