Le SNUipp-FSU avait demandé un groupe de travail qui s'est tenu le 23 juin avec M. Mendelsohn (ESPE de Paris), M. Claval ( Dasen adjoint) et les représentants des personnels pour faire un point sur le dispositif de formation initiale prévu pour l'année prochaine.

Le SNUipp-FSU a enfin vu une de ses revendications satisfaites : la ré-intervention des formateurs du 1 er degré au sein de l'ESPE.

  • En effet, depuis trois ans le SNUipp-FSU porte en audience, auprès de l'ESPE, de ses conseils d'école et de  l'académie, le tutorat mixte des stagiaires (PEIMF, PESPE), groupes de suivis pluri-disciplinaires, intervention au sein des cours des ESPE. Ces revendications étaient portées tant dans l'intérêt des formateurs que des jeunes collègues.

Cela dit, tout n'est pas réglé, loin de là, il faut que tout cela soit mis en musique. Le SNUipp-FSU a d'ailleurs demandé qu'un groupe de travail soit réuni dès la rentrée pour faire le point sur les grilles de comptabilisation HTD en intégrant ces nouvelles missions. Par ailleurs, pour permettre l'exercice de ces nouvelles tâches, le SNUipp-FSU continue de revendiquer le retour à une journée et demie de décharge.

  • Il faut également encore travailler sur les contenus de formation. Le SNUipp-FSU continue de revendiquer la baisse du temps de service devant élèves des stagiaires équivalents à 1/3 de leur temps de service, un complément de formation en T1 et T2
  • Enfin, le SNUipp-FSU se félicite également de la possibilité de VAE ouverte pour les formateurs du premier degré, revendication portée par le SNUipp-FSU également depuis des années. Là aussi, il s'agira d'être vigilant et exigeant au moment de la mise en pratique.