Chères et chers camarades,

Les deux premières dates de mobilisation des 1er et 6 février sont une première étape. 

Ils nous faut dénoncer le changement de société que veut imposer ce gouvernement et poursuivre notre travail d’informations auprès des  lycéen.ne.s et des parents d’élèves qui se confrontent actuellement à la plateforme « Parcoursup » qui regorge d’informations incomplètes ou dissuasives à propos des capacités d’accueil (les 22 000 places supplémentaires promises par la ministre n’y sont pas toutes répertoriées) ou erronées à propos des attendus locaux fantaisistes et discriminatoires (BAFA, séjours linguistiques à l’étranger, …).

La mobilisation doit s’amplifier nationalement le 15 février prochain, puis localement au cours des semaines à venir.

Ce combat n’est pas uniquement corporatiste, c’est avant tout un combat de société, pour la démocratisation de l’enseignement supérieur, pour l'accès aux services publics fondements de la cohésion sociale, expression de la fraternité et facteurs essentiels de réduction des inégalités.

Bien fraternellement,

Hervé CHRISTOFOL

Secrétaire général du SNESUP-FSU