• Nouveau gel du point d'indice en 2018, après deux revalorisations de 0,6% en 2016 et 2017 qui n'ont même pas suffi à rattraper l'inflation
  • Report des mesures de revalorisation des grilles prévues pour janvier 2018 ("PPCR")
  • Rétablissement du jour de carence
  • augmentation des cotisations salariales pour la retraite jusqu'en 2021
  • augmentation de la CSG non compensée à terme (puisqu'elle sera gelée à partir de 2020)
  • Les rémunérations des agents de la fonction publique subissent une érosion continue depuis 30 ans. La perte de pouvoir d'achat est d'environ 25% à niveau égal dans la carrière!

 
Pour les personnels contractuels, de plus en plus nombreux et précaires dans l'enseignement et la recherche en particulier (40% pour les personnels BIATSS, 30% pour les enseignants-chercheurs et enseignants, sans comptabilisation des vacataires dont le nombre et la précarité explose), la situation se dégrade encore plus rapidement (car ils n'ont aucune garantie individuelle de progression de leur rémunération).

Et si on laisse faire, ce n'est peut-être pas fini!

En effet le gouvernement prévoit, dans l'objectif de faire baisser la dépense publique:

  • des recrutements sous contrat toujours plus nombreux
  • 120 000 suppression de postes d'ici 2022
  • la rémunération à la tête du client (pardon, au mérite...) pour les fonctionnaires restants

Des fonctionnaires trop bien payés ? 

Le dernier rapport annuel sur l’état de la Fonction on publique pointe de fortes disparités entre les agent-es et des inégalités salariales persistantes entre les femmes et les hommes d’environ 13%.
Il montre aussi qu’en 2015, le décrochage entre les salaires du secteur public (+0,6%) et ceux du secteur privé (+1%) s’est poursuivi.

Le gouvernement assure que le déroulement de carrière prévu par le statut de la Fonction  publique permet une revalorisation automatique du pouvoir d'achat des fonctionnaires 

 Faux:

  • selon l’INSEE, la perte cumulée de pouvoir d’achat du traitement brut des fonctionnaires  s’établit à -9,2% depuis 2000.

  • Depuis 2000, les fonctionnaires  ont perdu l'équivalent de 15% de pouvoir d'achat. C'est la conséquence de la désindexation de la valeur du point sur les prix, des périodes de gel du point et des diverses augmentations  de cotisations.

  • 65% des agents territoriaux de catégorie C restent toute leur carrière sur l'échelle C1 dont les premiers indices avoisinent le SMIC. Après 25 ans de carrière leur salaire est inférieur à 1 600€ avec peu de perspective  d'avancement.

  • dans les années 1980, un agent de catégorie A en début de carrière gagnait mensuellement l'équivalent de 2 SMIC, il n’en gagne plus aujourd’hui que 1,25.

  •  l'Insee et les comparaisons internationales  indiquent que le salaire des enseignants français est plus faible que celui des enseignants des pays de l’OCDE de niveau de développement comparable.

    Pour inverser cette situation , la Fsu appelle les agent-es à se mobiliser massivement le 22 mars prochain pour exiger la reconnaissance de leur engagement professionnel.