Depuis l’annonce de l’ouverture d’une concertation de plusieurs mois avec les organisations syndicales représentatives dans la Fonction publique, la CFDT s’est attachée à rappeler :

  • Son attente forte d’un dialogue social approfondi avec les représentants des usagers et des agents.
  • Son opposition à une approche uniquement budgétaire de la Fonction publique avec la suppression de 120 000 postes. La vraie question étant quel service public nous voulons et avec quels moyens ?
  • Son attachement à un service public de qualité, garant de la cohésion sociale et accessible à tous les usagers.
  • Son opposition à des mesures qui amoindriraient l’objectif du PPCR pour des parcours de carrière plus égalitaires.
  • Son exigence d’un rendez-vous salarial au printemps.
  • Son attachement au statut : les emplois publics permanents doivent être occupés par des fonctionnaires. Le recours aux contractuels existe déjà et représente un agent sur cinq. Pour la CFDT, c’est la situation des contractuels qui doit être améliorée.
  • La CFDT revendiquera également des moyens pour un dialogue social de proximité encadré et amélioré, et s’opposera à toute idée de suppression d’une instance dédiée aux conditions de travail.

Afin de permettre à chacun de participer et de s’impliquer, le Sgen-CFDT a déposé un préavis de grève couvrant la semaine du 19 au 23 mars 2018.

Le Sgen-CFDT Paris invite donc ses adhérents à rejoindre les mouvements d’expression collectifs de la journée du 22 mars (de Bercy à Nation, départ prévu à 14h).