L’intervention policière et la répression violente sur l’ensemble des personnes mobilisées présentes ce lundi 9 avril 2018 en Assemblée Générale à Nanterre est une réponse à la visibilité politique que s’est donnée la mobilisation en s'amplifant sur de très nombreuses facs et à la Coordination Nationale Etudiante ce week-end réunissant 35 facs mobilisées. Une Coordination qui appelait à construire une mobilisation commune de l’ensemble des secteurs face à la politique antisociale du gouvernement. 
Ce n’est donc pas anodin si c’est aujourd’hui, jour de convergence avec les cheminots rassemblés à Invalides que le gouvernement et le président de l'université de Nanterre nous envoient les CRS.
Au moment où les facs se mobilisent pour rester ouvertes à tout.e.s alors que les réformes en cours veulent mettre à fin à l’éducation égale pour tout.e.s, le gouvernement fait entrer les CRS armés pour nous déloger violemment . Alors que les étudiants occupaient un amphi pour en faire un lieu de débat politique ouvert à tout.e.s  et que se tenait une ag les crs sont entrés dans la salle pour en déloger violemment les centaines d'étudiants, profs et personnels réunis, faisant plusieurs blessés et interpellant de façon ciblée des militants de la mobilisation.
La journée  de demain ne peut pas se dérouler de façon normale!
Nous revendiquons donc la démission du président de l’université qui se félicite de cette attaque et qui accuse les personnes présentes discutant en AG de "violence et dégradation".
L'arrêt des poursuites pour les étudiants   interpelés 
Nous appelons à continuer la mobilisation contre ce gouvernement qui attaque tous les secteurs.
Nous appelons à la convergence de tous ceux qui veulent dire non à cette attaque globale du gouvernement.
Soyons nombreux et regroupés contre ce gouvernement qui emprisonne les militants du mouvement.