Pour les services publics : http://snesup.fr/sites/default/files/fichier/4_pages_services_publics_fsu_26_4_18.pdf  

    des revendications salariales pour les agents, lesquels ne font pas partie des 5% les plus riches bénéficiant des mesures prises depuis un an par le gouvernement ;

    notre opposition à la réduction du périmètre des services publics et à la destruction des statuts des agents de la fonction publique que le gouvernement envisage à travers son programme « CAP 2022 ».

Contre la rémunération au mérite et la destruction des statuts  http://snesup.fr/sites/default/files/fichier/tract-22mai-modifiable-v2.pdf
NOS salaires:  idées fausses et réalités  http://snesup.fr/sites/default/files/fichier/tract_salaires22mai2018.pdf

En France, les salaires des enseignants et des enseignants-chercheurs sont en moyenne 35 % moins élevés que ceux des agents de la fonction publique d’état de qualification équivalente.

Leur charge de travail a augmenté et la réforme des 35 heures ne leur a pas été appliquée, de nouvelles missions s’empilent et les années universitaires s’allongent. http://en.wikipedia.org/wiki/File:Professor_salaries.svg

Comme les Allemands, nous sommes moins bien payés que nos homologues européens ! En moyenne -20% qu’un enseignant-chercheur belge, -30% qu’un Hollandais ou Danois, -50% qu’un Luxembourgeois, Anglais ou Suisse. (Philip G. Altbach et al (ed.), Paying the Professoriate, A global Comparaison of Compensation and Contracts, Routledge, 2012)

Début de carrière:

SMIC net 2018 : 1 150 €

Agrégé (Bac + 5) 1er échelon INM 379 : 1 447 €, soit 1,25 SMIC !

MCF (Bac + 8), 1er échelon INM 454 (âge recrutement 34 ans) : 1 720 €,
soit 1,49 SMIC !

« La baisse du pouvoir d’achat des fonctionnaires atteint -25% depuis 1990, soit 3 mois de salaire en moins»

Pendant six années consécutives, entre 2010 et 2016, le gouvernement a gelé la valeur du point d'indice. Les conséquences sont redoutables. La perte de pouvoir d'achat depuis le 1er janvier 2000 du point sur l'indice des prix (hors tabac) est de – 15,2 %, dont –7 % depuis le gel du point d'indice entre juillet 2010 et juillet 2016 (–25 % depuis les an- nées 1990).

Pendant six années consécutives, entre 2010 et 2016, le gouvernement a gelé la valeur du point d'indice. Les conséquences sont redoutables. La perte de pouvoir d'achat depuis le 1er janvier 2000 du point sur l'indice des prix (hors tabac) est de – 15,2 %, dont –7 % depuis le gel du point d'indice entre juillet 2010 et juillet 2016 (–25 % depuis les an- nées 1990). 

« Les fonctionnaires ont été impactés par les mesures d’austérité qui ont suivi la crise »
Avec le gel du point d'indice des fonction- naires entre 2010 et 2016, les gouvernements ont économisé 7 milliards d'euros (Mds€). Dans l'enseignement supérieur, depuis 2012, le non-recrutement à la hauteur de l'augmen- tation des effectifs étudiants a permis d'éco- nomiser 1,5 Mds€ sur le dos des personnels – qui ont été distribués au patronat à travers les CIR, CICE et pacte de responsabilité !