Pour les 35 heures de travail hebdomadaire, les 55 jours de congés, des primes correspondant à celles des autres ministères

 Nous appelons l'ensemble des collègues à se rassembler

vendredi 18 mai au pied de la Tour Zamansky, campus Jussieu à 9h30,

jour de la conférence sociale sur le temps de travail.

Nous appelons l'ensemble des collègues à signer la pétition jointe et à la retourner par mail à cgtfercsup.sorbonne@ml.free.fr

La conférence sociale sur le temps de travail et les primes n'augure pas le mieux disant promis par les présidents des universités P4 et P6 lors de leur campagne électorale. Les réunions se multiplient. Mais c’est suite aux premières mobilisations (rassemblement du 10 avril, réunions de service, réactions de colère suite aux révélations de notre communiqué du 15 avril), que la direction de l’université commence seulement à entendre ces revendications.

Pour les primes mensuelles, nous revendiquons 25% du salaire brut pour tous, sans perte de revenu pour quiconque. Une projection financière devait être faite par la DRH à notre demande, mais elle n'est toujours pas réalisée. L'université propose quant à elle un système de primes très complexe, profitant de la mise en place du Rifseep (nouveau régime indemnitaire qui repose largement sur l'évaluation au "mérite"). Les montants de base sont inférieurs à ce que nous demandons ; si les montants les plus hauts peuvent paraître alléchants, on ne sait évidemment pas combien d'agents seraient concernés ni comment ils seraient choisis. 

Nous revendiquons également le maintien ou la création de nombreuses autres primes qui existaient à P4 ou à P6 auparavant : prime bas salaires, prime d'habillement pour certains services, primes d'installation pour les contractuels titularisés, etc. Et l'harmonisation par le haut de la prime de fin d'année à 1 200 Euros pour tous.

Pour le temps de travail, nous revendiquons 35 heures hebdomadaires et 55 jours de congés pour tous, afin que ceux qui en bénéficient déjà ne soient pas perdants, mais aussi pour que tous ceux qui sont au-dessus de cette revendication se retrouvent dans les promesses des présidents. Nous rappelons que seul le blocage de la tour centrale le 27 juin 2002, par tous les personnels des services centraux et des UFR de Paris 6, avait permis de conserver les 35 heures de travail hebdomadaire et les 55 jours de congés.

Il n'est pas indécent de le revendiquer. Il faut mettre en balance les conditions de travail qui se durcissent chaque année, les salaires qui n'augmentent pas ou si peu que ça ne vaut même pas la peine d'en parler, les primes trop inégales qui contribuent à détériorer notre quotidien. 

L'université ne peut pas continuellement demander plus sans compensation. Il faut que les personnels s'y retrouvent !

Nous appelons à participer à la grève dans la fonction publique mardi 22 mai

à l’appel de toutes les organisations syndicales

Saisissons-nous de cette date pour faire valoir nos revendications sur le plan national, mais aussi local.

Pe_tition_pour_la_de_fense_de_nos_conditions_de_travail