L'objet de cette colère: la mise en place, dès cette année, des stages en responsabilité pour les PE1 (étudiants préparant le concours de professeurs des écoles).
Cette année transitoire débute très mal, de nombreuses incertitudes pèsent sur la tête des étudiants. Les informations arrivent au compte goutte et sont parfois mêmes contradictoires. Les conclusions de la commission inter-universitaire de la rentrée ont été partiellement contredites lors du conseil d'école. Les informations sur les stages, données lors des réunions de rentrée, sont caduques puisque les stages en responsabilité sont bien prévus pour cette année.

- Une circulaire estivale qui empoisonne la rentrée

La Circulaire DGESCO n° 2009-109 du 20 août 2009 relative à l’organisation de stages pour les étudiants en master se destinant aux métiers de l’enseignement (Bulletin officiel n° 31 du 27 août 2009) instaure les stages en responsabilité:
"A partir de l'année universitaire 2010-2011, les stages en responsabilité seront destinés aux étudiants de M2."
"Dès l'année universitaire 2009-2010, des stages d'observation ou de pratique accompagnée ET des stages en responsabilité devront être proposés aux étudiants inscrits aux concours de recrutement et inscrits dans une formation de niveau master ou déjà titulaires d'un M1 ou d'un M2. L'objectif est, qu'au total, ces étudiants bénéficient de 108 heures de stage"
A la rentrée beaucoup espérait que ce "ET" se transforme en "OU". Mais l'espérance fut de courte durée: ni de "ou", ni de caractère facultatif. Il faut donc dans l'urgence, et donc dans la désorganisation la plus totale, trouver le moyen de placer les 560 étudiants de l'IUFM de Paris en stage en responsabilité!

- Responsabilité totale: ni sens, ni utilité, mais pourquoi tant de précipitation?

  • Deux périodes de stages sont organisées:

- Stage 1: du 5 au 17 novembre (observation pour la première semaine, prise en charge ponctuelle de la classe sous la responsabilité de l'enseignant pour la deuxième semaine) - 2 étudiants par classe.
- Stage 2: du 4 au 15 janvier (pratique accompagnée pour la première semaine, stage en responsabilité totale  pour la deuxième semaine - un jour sur deux, pour chaque PE1- enseignant titulaire absent.)
Le stage 2 ne se fera pas dans la même classe que le stage 1. La mise en responsabilité des étudiants s'effectuera donc après une seule semaine d'observation et de pratique accompagnée.

  • Problèmes posés par les stages en responsabilité:

- Environ 600 étudiants à placer = 300 classes d’accueil. Il n'y a que 130 IMF (instituteurs maîtres formateurs) sur Paris. Le rectorat doit donc procéder au recrutement de 170 MAT (maîtres d’accueil temporaires) qui n'ont pas de mission de formation.
-
Prise de responsabilité sans formation/préparation (rôle de la PE2 et non de la PE1, rôle des IMF
et non des MAT), très mauvaise situation d’enseignement : sens et utilité?
-
Les IMF seront chargés de visiter les PE1 en responsabilité pendant la semaine 4 sans
suivi ni formation préalable. Responsabilité sans formation : que peut-on évaluer? Sens et utilité?
-
Les conditions ne sont pas réunies pour faire de ce stage un moment utile à la formation. Une mauvaise expérience est à craindre pour de nombreux étudiants.
-
Ce stage servira d'argument au gouvernement pour justifier l'absence de formation pour les reçus aux concours 2010.
-
Ces stages laissent présager des conditions dans lesquelles les stages seront organisés en Master une fois la réforme en place.

- La colère gronde

  • Mardi 13 octobre: réunion d'information à destination des IMF (amphithéâtre Batignolles)
    Étaient présents: M. Mendelson, M. Zarka et Mme Leleu Galland

Extrait du compte-rendu:
"Les MF présents n'ayant pas reçu l'oreille attentive espérée ont décidé de rester dans l'amphi et ont proposé des actions
, une organisation afin de faire barrage à cette nouveauté (stage en responsabilité) qui continue de casser l'école.

- Mobiliser les parents: Les informer (occupation des classes concernées, du bureau du directeur...)    
- Mobiliser l'opinion publique, par un référendum sur l'avenir de la formation (et pas seulement sur cette période de transition)
- Informer les syndicats. Les enjoindre à se réunir pour la même cause (l'avenir du métier)    
- Prévenir les médias de nos actions    
- Une réunion d'information est prévue pour les MAT le jeudi 22/10. S'y rendre. Réfléchir à ce que l'on peut faire.    
- Grève du zèle: envoyer une procédure d'alerte pour l'ensemble des étudiants, et ainsi ne pas quitter la classe la 4e semaine.
- Rester en fond de classe, quel qu'en soit le motif.
- Information à fournir en conseil d'école."

  • Jeudi 22 octobre: réunion d'information à destination des MAT (amphithéâtre Batignolles)
    Étaient présents: M. Mendelson, M. Zarka et Mme Leleu Galland etMme Odile Favre.

Extrait du compte-rendu:
"Aucune question n'est autorisée avant la fin de la présentation qui se termine par une diapo qui fait sourire ou pleurer au choix: "Merci de votre contribution au bon fonctionnement de ce dispositif de formation"

Le vent gronde. Les futurs MAT s'interrogent. Les réponses restent évasives !

- Quand pourront-ils discuter avec les étudiants? Sur le temps de l'Aide Personnalisée? Pas de réponse.
- Sur la liste d'émargement qui circule dans l'amphi, on compte environ 160 noms or l'amphi est plein et compte plus de 200 places assises... étrange. Après plus d'une heure de réunion et sous la pression de la salle l'annonce est faite: "Seules les personnes inscrites sur cette liste sont retenues pour cette noble tâche. L'amphi s'insurge : "Il fallait le dire dès le début !".Certains quittent aussitôt la salle. Ils se sentent méprisés, malmenés, infantilisés...
- L'ensemble des enseignants ignorait l’organisation des deux stages. Notamment les conditions de la semaine 4 (responsabilité). La lettre qui leur avait été adressée mi octobre ne précisait à aucun moment qu'ils devaient laisser leur classe aux étudiants! L'amphi gronde, on entend des mots comme "boycott", "mépris". Des petites phrases comme "mais ils se foutent de nous"
- Certains veulent sortir du dispositif: Ils n'ont rien signé.
- Pour les MAT, la 4e semaine devient une semaine de stage "offert", n'entrant pas dans le décompte des 36 semaines de stage dans sa carrière.
- Certains MAT pensaient qu'ils obtiendraient un compte-rendu de ce qui se sera passé dans la classe avec l'étudiant. Il n'en sera rien.
- Certains ont le sentiment d'être utilisés comme bouche trou dans le cadre d'une réforme mal ficelée et faite à la va vite. Ces stages seront-ils utilisés pour justifier l'absence de formation des reçus aux concours cette année?
- Les MAT restant dans le dispositif ont émis l'hypothèse de ne pas quitter leur classe, ou au moins de rester dans l'école lors de la S4.
- Des questions concrètes ont été posées pour cette S4, sans réponse claire :
- une classe de neige prévue: qui part ? le MAT ou les deux PE1 ?
- les activités hors de l'école sur le temps scolaire (piscine, EPS en gymnase, etc.) : les PE1 doivent-ils / peuvent-ils accompagner seuls les élèves ?
Nous avons récolté quelques mails d'enseignants en colère, acceptant pour certains de prendre en charge le 1er stage, mais prêts à résister au 2e, en refusant de laisser leur classe. Il semble nécessaire de poursuivre et unir nos actions Une motion doit impérativement parvenir dans les écoles afin de résister à la mise en œuvre de ces stages, et informer les familles de ce que devient le métier d'enseignant. "

Extrait:
"Pour l’année de transition 2009-2010, elle s’inquiète quant aux conditions dans lesquelles s’organisent les stages proposés par les recteurs d’académie aux étudiants inscrits en master ou en préparation aux concours et se destinant aux métiers de l’enseignement. C’est pourquoi la CPU rappelle les points qu’elle estime importants pour le bon déroulement de cette année transitoire :

- les stages doivent rester facultatifs.

- Les stages ne peuvent pas se trouver en concurrence avec une préparation aux concours de qualité dont les cadres et les programmes n’ont pas changé.
- Les stages proposés aux étudiants ne peuvent pas avoir comme objectif principal d’assurer les remplacements d’enseignants dans les académies mais bien s’inscrire comme des compléments de formation, encadrés et suivis par des tuteurs universitaires.

 

Enfin, la CPU est préoccupée des conditions dans lesquelles des lauréats des concours 2010 risquent de se retrouver dans leurs classes sans aucune préparation et expérience professionnelle. C’est pourquoi elle demande que des aménagements substantiels de cette année de fonctionnaire stagiaire, bien particulière, soient proposés."